Jean-Pierre Barré sort son septième livre

L’auteur présente son dernier livre.
© Photo NR

L’auteur onzainois Jean-Pierre Barré vient de sortir son septième roman : Amour de guerre. C’est l’histoire d’une rencontre improbable entre deux personnes que tout oppose. Pierre, un jeune orphelin de 19 ans qui n’a jamais connu ses parents, décrit par tous comme un gentil garçon, est convoqué sous les drapeaux en 1913. Lors des combats de la Première Guerre mondiale, il est grièvement blessé et doit être rapidement opéré. Dans un hôpital parisien, il croise le chemin de Marie, jeune infirmière à la forte personnalité, fille unique de riches propriétaires tourangeaux. Cette rencontre aura-t-elle une suite ? Vont-ils chercher à se revoir ? Pierre retrouvera-t-il l’un de ses parents ? Voici quelques ressorts de l’intrigue de cet ouvrage.
Jean-Pierre Barré précise : « J’ai situé cette histoire au début du 20e siècle, c’est une période qui m’interpelle beaucoup avec son lot de destins brisés, d’injustices et de comportements tantôt lâches tantôt héroïques. J’ai effectué un long travail de recherches sur les Anges blancs, ces infirmières souvent bénévoles qui assistaient des médecins débordés. Je me suis documenté sur les hôpitaux parisiens, en première ligne, lors de ce conflit mondial. J’ai voulu aussi souligner le rôle important des marraines de guerre, ces femmes qui réconfortaient les soldats parfois déboussolés. »


En vente auprès de l’auteur ou à La Caravelle à Onzain.

Jean-Pierre Barré dédicacera son livre lors des marchés de Noël de Chouzy-sur-Cisse, le 1er décembre et d’Onzain, les 14 et 15 décembre.

amour de guerre, roman de jean-pierre barré

amour, ange blanc, 1914, grande guerre, première guerre mondiale, pupille, assistance publique, abandon, blessé, injustice, rencontre improbable

Édition Publication Indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page